Le français: langue de culture


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Confrère et consœur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chipbong
*


Nombre de messages : 19
Age : 42
Localisation : Hanoï
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Confrère et consœur   Jeu 5 Oct 2006 - 9:47

Bonjour à tous heureux

Je suis nouvelle sur le forum. Hier, il m'est arrivé d'écrire la phrase : Mon mari le verra avec sa confrère. Comme je me demandais si sa consœur conviendrait mieux dans ce cas, je suis allée vérifier dans le TLFi qui dit :
Citation :
Prononc. et Orth. : []; au fém. consœur []. Admis ds Ac. 1694-1932. Au fém. on dit consœur quand il s'agit d'une ou plusieurs femmes considérées par rapport à une ou plusieurs femmes de la même association. Mais on dit mon ou ma confrère quand il s'agit d'un membre (femme) appartenant à une confrérie comprenant des hommes et des femmes (cf. GREV. 1964, § 264).
Etant encore un peu perplexe, j'ai décidé de faire un petit tour sur Google, histoire de chercher d'éventuels contre-exemples, et j'ai réussi langue En voici un trouvé chez Le Figaro :
Citation :
Le manque de détermination freine les investigations du juge français Patrick Ramaël et de sa consoeur Emmanuelle Ducos», a pour sa part réagi Reporters sans frontières (RSF).
Ma conclusion : on pourrait utiliser indifféremment l'un ou l'autre lorsqu'il s'agit d'une femme... Ai-je tort ?
Merci de vos avis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Granduc
Co-Administrateur
Co-Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 124
Age : 67
Localisation : France Sud
Emploi : Soignant
Loisirs : Culture et sport
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Confrère et consœur   Ven 6 Oct 2006 - 20:36

Bonjour Chipbong,

je rejoins ta deuxième analyse : membre d'une profession très féminisée, et bien qu'étant un homme, je parle constamment de mes consoeurs. J'ai d'ailleurs trouvé ça dans Robert :
Robert a écrit:

consœur
n. f.
Femme appartenant à une profession libérale, un corps constitué, considérée par rapport aux autres membres (et notamment aux autres femmes) de cette profession.

[on remarquera que le "notamment ..." n'exclut en rien les confrères masculins]

Cela me semble te conforter dans l'usage que tu en fais.

Par ailleurs, un Grevisse plus récent (13è édition, 2005) explique (§ 490) :
Grevisse a écrit:
Consoeur s'est dit d'abord des femmes considérées par rapport à d'autres femmes du même ordre religieux ou de la même association. [...] Aujourd'hui, cette distinction tend à disparaître [c'est moi qui souligne] et l'Académie (qui a accueilli consoeur en 1988) n'en fait pas mention.
Robert, Grevisse et l'Académie : trois éminences pour cautionner ta formulation : c'est du luxe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Confrère et consœur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour un confrère de travail
» des conseils d'un confrère pour nous future médecins de 1ere année
» salut les confreres et les consoeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le français: langue de culture :: Etude linguistique :: Points de grammaire-
Sauter vers: