Le français: langue de culture


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Relation franco-vietnamienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*mioche*
Administrateur
Administrateur


Masculin
Nombre de messages : 671
Age : 27
Localisation : Pays paisible
Emploi : lycéen
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Relation franco-vietnamienne   Mer 2 Aoû 2006 - 17:53

Allocution de M. Jacques CHIRAC, Président de la République, lors du dîner d'Etat offert en son honneur par le Président de la République socialiste du Vietnam et son épouse (Hanoi)

Hanoi - (Vietnam ) mercredi 6 octobre 2004.


Monsieur le Président de la République,
Madame,

Il est des pays qui parlent au coeur des Français. Le Vietnam est certainement l'un des premiers d'entre eux. L'histoire nous a unis puis séparés. Nos relations ont été complexes, parfois dramatiques, semées de fascination et de méfiance réciproques, mais jamais, jamais d'indifférence.

La période où nos deux nations s'observaient est désormais révolue. Une page a été tournée symboliquement par le voyage effectué au Vietnam par mon prédécesseur, M. François Mitterrand, en février 1993.

Nos relations, aujourd'hui, se structurent autour d'une ambition, d'une stratégie et d'une méthode. Une ambition exprimée par une francophonie qui, pour reprendre la belle définition de M. Cu Huy Can est " une communauté de cultures plus que de langue et qui ne se développera qu'étroitement subordonnée aux échanges économiques et technologiques ".

Une stratégie permettant au Vietnam d'accéder plus facilement, par la France, au marché européen et au monde francophone et permettant à la France de compter sur le Vietnam pour s'ouvrir une porte sur l'Asie, une porte privilégiée sur l'Asie.

Une méthode fondée sur les échanges politiques, économiques et culturels dans le respect et l'intérêt réciproque de nos deux nations.

C'est dans cet esprit et dans cet espoir que j'étais venu vous saluer, Monsieur le Président, en 1997. C'est dans ce même esprit, renforcé par une conviction et une ambition communes, que je réponds aujourd'hui à votre généreuse invitation.

Monsieur le Président de la République,
Madame,

Je veux vous exprimer ma gratitude et mes remerciements les plus chaleureux pour cet accueil que vous-même et les autorités vietnamiennes m'avez réservé, ainsi qu'à mon épouse et à ma délégation.

Je veux dire toute ma joie d'être ce soir votre hôte dans cette magnifique ville d'Hanoi, capitale du Vietnam, qui fêtera prochainement son millénaire. L'antique Thang Long, devenue capitale des Ly, des Trân et des Lé. Capitale au passé prestigieux, illustré notamment par le code " hong-duc ", témoignage d'un humanisme vietnamien, dont Nguyen-Trai, reste l'inspirateur et le symbole. Un passé glorieux illustré également par les spectaculaires et inestimables fouilles menées par vos archéologues sur le site de Ba Dinh. Un passé qui a forgé au fil des siècles une civilisation vietnamienne d'une très puissante originalité.



Notre rencontre, à la veille du 5e sommet du dialogue entre l'Asie et l'Europe, est l'occasion privilégiée pour nos deux pays d'approfondir ce partenariat que votre récente visite d'Etat à Paris a contribué à rehausser davantage. Elle permet au Vietnam et à la France d'échanger et de partager la vision qu'ils ont du monde, de travailler plus étroitement au service d'une mondialisation où le dialogue doit conjurer les menaces et contenir les excès ; au service d'un monde où la diversité qui enrichit l'emporte sur l'uniformité qui appauvrit.

Le Vietnam et la France, parce qu'ils ont su se parler et s'entendre pour surmonter le poids du passé, ont une légitimité pour adresser au monde un message de paix et de fraternité. Ainsi étions-nous convenus, lors de notre dernière rencontre à Paris, de commémorer le cinquantenaire de l'année 1954 dans un esprit de respect mutuel. Il s'agissait d'aborder ensemble l'avenir avec confiance. Il s'agissait aussi d'offrir, à tous les peuples qui cherchent les voies de la paix dans la nuit interminable du ressentiment et de la haine, l'exemple de la réconciliation, l'espoir d'une coopération.

Nous y sommes parvenus et je m'en réjouis. Forts de leurs traditions et de leurs valeurs, nos peuples sont aujourd'hui plus proches que jamais. Le Vietnam dispose au sein du Parlement français des groupes d'amitié les plus actifs. Par ailleurs, plus de 60 collectivités locales, plus de 180 organisations de solidarité, plus de 220 centres de recherche et plus de 50 hôpitaux français ont choisi le Vietnam pour y développer des projets ambitieux et concrets, dont ils sont fiers.

Je me réjouis aussi de la présence en France d'une communauté d'origine vietnamienne nombreuse, dont je connais les représentants et dont j'estime les immenses talents. Elle apporte un irremplaçable souffle de dynamisme et de compréhension à notre relation. Je me réjouis enfin que tant de familles françaises candidates à l'adoption se tournent tout naturellement vers le Vietnam, ajoutant encore davantage de coeur et d'âme aux relations entre nos deux nations. Tous ces atouts, ces liens indéfectibles que nous tissons jour après jour expriment une communauté de valeurs et nourrissent une communauté de destins.



Monsieur le Président,

La France apprécie la détermination du Vietnam à conduire son développement. La paix revenue sur son sol, votre pays a fait le choix de l'ouverture et du renouveau. Chacun peut en mesurer les fruits. La réforme du secteur public, l'affirmation de l'Etat de droit, la formation d'élites nouvelles, l'accueil des investissements étrangers ont permis la libération des énergies. C'est avec une légitime fierté que le Vietnam peut se targuer d'avoir la deuxième croissance en Asie.

Vous avez également fait le choix de l'intégration économique, d'abord avec vos voisins d'Asie du Sud-Est, auxquels vous savez que votre avenir est lié. Vous avez également su diversifier vos relations avec les grands ensembles du monde, l'Union européenne, les Etats-Unis d'Amérique et votre grand voisin la Chine. Votre adhésion prochaine à l'Organisation mondiale du commerce, pour laquelle la France a toujours activement plaidé, vous offrira de nouvelles opportunités. En s'ouvrant aux autres, j'ai la conviction que votre pays imprimera un rythme nouveau aux réformes engagées. Je pense en particulier à la poursuite des nécessaires réformes démocratiques et au renforcement de la protection des droits de l'Homme.

La France a confiance dans l'aptitude du Vietnam à réussir cette nouvelle étape de son histoire, à s'inscrire au coeur des grands mouvements du monde tout en gardant intacte sa forte personnalité. Le Professeur Pierre-Richard Feray a souligné à juste titre que l'identité vietnamienne est le fruit d'une dialectique permanente entre Etat et société, lettrés et paysans, culture officielle et culture populaire, accent sur la tradition et ouverture vers le monde extérieur. Cette respiration, ces deux tendances qui s'entrecroisent, confèrent à la civilisation vietnamienne une identité singulière et lui donnent les atouts nécessaires pour s'affirmer dans le monde moderne.

Fort de cet héritage, fort de ses talents, de sa vitalité, de sa jeunesse, le Vietnam avance. Tant de progrès en si peu de temps force le respect. Mais pour poursuivre son développement, jouer tout son rôle international et favoriser la modernisation de la société, votre pays sait qu'il doit encore relever de grands défis.

Premier partenaire européen -et même occidental- du Vietnam en termes d'investissement comme d'aide au développement, la France souhaite plus que jamais vous y aider. Pour préparer l'avenir, solidarité et investissements sont essentiels. Je souhaite donc que notre coopération continue d'accompagner avec imagination et efficacité votre développement et que votre dynamisme économique demeure soutenu. Vous pourrez compter sur la France pour appuyer vos efforts d'équipements en infrastructures, moyens de transports, télécommunications, aménagements urbains et industriels, développement des services ou mobilisation de l'épargne. Elle sera là pour vous aider à bâtir une indépendance énergétique sûre et fiable. Elle sera aussi présente pour encourager vos exportations, protéger vos créations, adapter le droit écrit, dans une compétition mondiale toujours plus acérée. Là où se situe l'avenir de votre croissance, donc de votre progrès, la France sera toujours à vos côtés quand vous ferez appel à elle.

La croissance économique impressionnante de votre pays invite également vos concitoyens à prendre davantage en main leur destin. En France, nous avons fêté le centenaire de notre grande loi de 1901 sur les associations. Et je me réjouis qu'un texte d'une ampleur comparable soit en préparation ici. Votre société repose sur des bases qui lui permettent de faire sans crainte le pari de l'épanouissement personnel dans la cohésion sociale.

Il importe en effet de préserver les liens de solidarité qui permettent à tous de bénéficier du progrès. La France est prête à partager avec vous son expérience du développement rural, de la gestion des villes et des services collectifs. Elle sait combien est essentiel le développement des services d'intérêt général, comme la santé et l'éducation primaire.

Quel atout exceptionnel en effet pour votre pays que l'énergie et la soif d'apprendre de vos 25 millions d'écoliers et de vos 3 millions d'étudiants ! Cette formidable promesse pour l'avenir, la France souhaite vous aider à la réaliser. Elle compte partager encore davantage avec vous son savoir, du Nord au Sud de votre pays, et notamment au sein du pôle universitaire français qu'accueillera prochainement l'université internationale du Vietnam. Elle veut rester un pôle de référence pour la formation de vos élites, comme en témoigne le doublement, en deux ans, du nombre de jeunes Vietnamiens poursuivant leurs études en France et de façon particulièrement brillante. Sachez que la France est disposée à accueillir toujours davantage d'étudiants vietnamiens au sein de ses universités et de ses grandes écoles, où nous savons que leurs cursus seront couronnés de succès.

Monsieur le Président,

Le Vietnam et la France partagent un attachement inaltérable à leur patrimoine, et notamment à cette langue française que nous avons en partage et dont je me félicite qu'elle soit de plus en plus enseignée dans votre système éducatif. La francophonie s'exprime ici avec dynamisme. Hanoi accueillit en 1997 le sommet où fut créée l'Organisation Internationale de la Francophonie. Son secrétaire général, le Président Abdou Diouf, me disait récemment la confiance qu'avait suscitée en lui sa récente visite dans votre pays.

Je souhaite que votre brillant patrimoine culturel, cette ancienne et magnifique civilisation qui est la vôtre, et qui recèle tant d'immenses trésors, soit mieux connu en France. La coopération entre nos musées et la présentation à Paris, l'an prochain, de cette grande exposition sur la statuaire Cham, que j'avais appelée de mes voeux, et que vous avez accepté, Monsieur le Président, devraient y concourir. Nos intellectuels et nos artistes trouvent dans cet héritage une source de créativité inépuisable, comme en a témoigné le dernier Festival de Hué. Je forme le voeu que le nouveau et très beau Centre culturel français, au coeur de Hanoi, que je visiterai demain, devienne l'un de ces lieux magiques, d'échanges et de dialogue, où s'épanouissent la richesse et la créativité des cultures.



Monsieur le Président,

Si le Vietnam et la France entretiennent des relations si singulières, c'est qu'aux legs de l'Histoire s'ajoutent les espérances de l'avenir et du coeur. Ainsi se forgent la confiance et le respect mutuels. Confiance dans votre pays, son dynamisme, sa jeunesse. Respect de nos diversités qui nous rapprochent autant qu'elles nous distinguent.

Quel plus bel exemple de contribution à une meilleure compréhension entre nos continents que l'amitié entre le Vietnam et la France ? Je forme donc le voeu que le dialogue qui s'ouvrira demain, ici même, entre l'Asie et l'Europe puise dans le couple franco-vietnamien le souffle de son ambition et l'énergie de sa réussite.

En levant maintenant mon verre, je forme les voeux les plus chaleureux pour vous-même, Monsieur le Président de la République, ainsi que pour Madame Nguyen Thi Vinh, à qui je présente mes très respectueux et affectueux hommages.

Je le lève en votre honneur et en l'honneur des hautes personnalités, qui nous font ce soir l'amitié de leur présence. Je le lève en l'honneur du Vietnam et de son grand peuple, à qui je souhaite bonheur et prospérité. Je bois à la grande amitié et aux mille projets nourris ensemble par le Vietnam et la France.

Vive le Vietnam !
Vive la France !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languedeculture.forumpro.fr
 
Relation franco-vietnamienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une relation symbiotique fossile
» Oeuvre autobio en relation avec la seconde guerre mondiale
» Relation mère-fille
» relation entre ANOVA et regression simple
» relation sociale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le français: langue de culture :: Divers :: Pause-café-
Sauter vers: